Grande-Synthe – France

Grande-Synthe : Pays des droits de l’homme ?

Janvier 2016

Retour de Grande-Synthe après 9 heures de route. Je viens de mettre ma fille au lit et com1918985_513834358788109_8301649063302857316_nme toujours ce contraste saisissant lorsqu’elle se glisse dans son lit bien au chaud dans ses draps qui sentent bon la lessive et tout ce qu on a vu ce week-end. La situation à Grande-Synthe est vraiment une catastrophe sanitaire au coeur de la France. Un immense champ de boue sur lequel vivent des milliers (3500 selon les dernières estimations) d’hommes, de femmes et d’enfants. Dans des tentes de fortune. Toujours ce sentiment de mettre des sparadraps sur des hémorragies. Ce12540688_513834435454768_4649374870412346966_ntte impuissance face à l étendue de cette misère.  

Le manque d’organisation est frappant. Beaucoup de volontaires pour peu de résultat au final. Selon notre contact qui vit sur place et  fait un travail incroyable, le week-end les volontaires affluent et quasiment personne la semaine. De tous les camps où nous sommes allés, Grande-Synthe semble être le pire. Aucune structure. La gendarmerie fouille les volontaires à l’entrée car il n’est autorisé d’entrer dans le camp que de la nourriture et des vêtements. « Il ne faut pas qu’ils s’installent » nous dit-on… Deux ans ! Deux ans que ce « camp » existe et certaines familles sont là depuis 8 mois ! Et ils se font confisquer une bâche pour se protéger de la pluie ? Ce que nous avons vu là est simplement sidérant. On l’as vu, lu, entendu des milliers de fois… mais une fois là-bas la réalité vous frappe en plein visage. Comment est-ce possible ? Comment dans le 12540883_513834375454774_4015256239938046040_npays voisin de la Suisse une telle ignominie est entrain de se dérouler sous nos yeux avec le consentement général des politiques ?

Comme toujours, nous avons utilisés vos dons au plus utile. Les chauffages distribués grâce à vos dons permettent à plein de familles de dormir « au chaud ». Beaucoup d’heureux, de merci, de chaleur. C est ceci que nous allons garder pour avancer. Ces rires, cette hospitalité. Nous avons été invités à boire le thé dans une tente où nous avions installés le chauffage ! Très beau moment. Humain et chaleureux.

Pas réussi à entrer à Calais car nous voulions y aller de nuit pour voir la situation. Et les accès depuis l’autoroute étaient bloqués par des CRS. Probablement à cause de la manifestation de l’après-midi et des réfugiés ayant réussi à s’introduire sur un ferry. Pas grave. On y retournera. On lâche rien. Merci à tous. Love.